Les secrets de meilleurs bilans

Le Cercle GDP-Montréal, partenaire du Collège du Président, livre les secrets d’un bon bilan de fin d’année.

Les secrets de meilleurs bilans.

Déjà la fin de l’année, temps de faire les bilans, prendre du recul pour être prêt à relever les défis et bénéficier des opportunités que 2020 nous offrira.  Dans ce bulletin Normand Hétu vous met en appétit pour une année d’innovation.  Pour ma part je vous offre une perspective de ce qui rend les chefs d’entreprise, qui nous font confiance, plus performants que d’autres dans leur domaine.
Bonne lecture
Marie-Ange Bourdon, Fondatrice du Cercle GDP-Montréal

L’innovation : vecteur indispensable de la croissance

Par Normand Hétu

Dans la suite de nos récentes parutions sur la croissance, le rêve entrepreneurial nous apparait comme une assise fondamentale afin de propulser toute entreprise vers la réalisation de son plein potentiel. Comme pour tout projet à succès, il a fallu que quelqu’un le rêve, le visualise, avant que ce dernier ne puisse prendre forme. 

Une fois rêvé, il faut le concrétiser. Rêver c’est laisser aller sa pensée au gré de ce qui pourrait éventuellement inspirer nos actions. « Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité. » (Antoine de Saint-Exupéry). Pour réaliser un rêve, il faut souvent faire appel à la créativité ; de nouvelles façons de voir et de se projeter dans la réalité. En entreprise, l’innovation renvoie à une façon imaginative de faire face au changement. Et pourtant…

Un article paru dans Les Affaires, en référence à l’étude de Léger sur Les PME Québécoises et l’innovation, indique que 2 PME sur 3 ont arrêté de rêver, d’imaginer un avenir souriant pour elles ! Oui, vous avez bien lu : les deux tiers des PME québécoises ont carrément tiré un trait sur l’innovation – et donc sur leur progression économique –, ayant pris la décision de ne plus rien débourser, ou presque, en recherche & développement (R&D). En 2018, près de 69% des PME n’ont presque rien investi pour leur avenir. Au mieux, 15% ont dépensé 1% de leur chiffre d’affaires. Le profil des entreprises sondées était des PME de 25 à 250 employés.

Voici quelques constats qui méritent qu’on s’y attarde.
D’une part, les entrepreneurs ne voient pas l’intérêt pour eux d’innover ; ce qui est aberrant. D’autre part, l’appui gouvernemental est inefficace, car complexe et inadapté ; ce qui est révoltant.
De plus, de trop nombreux dirigeants estiment également qu’ils n’ont ni le temps ni les ressources pour innover. Dans un contexte où les PME sont confrontées à de nombreux défis, leurs dirigeants se doivent d’être créatifs, imaginatifs et champions de l’innovation. Rareté de main d’œuvre, difficultés de rétention du personnel, concurrence féroce, mondialisation des marchés, impératifs de croissance pour se donner les moyens de s’y adapter n’en sont que quelques exemples.

Pourtant, cette étude pointe dans une tout autre direction. Certaines données sont révélatrices :

  • Inutile d’innover. 64% des PME disent qu’elles n’ont « aucun besoin particulier d’innover.
  • Pas le temps pour ça. Elles « manquent de temps », elles sont « trop occupées », ou encore elles ont « d’autres priorités ».
  • Pas le personnel pour ça. Elles « manquent de personnel » pour pouvoir innover.
  • Pesanteurs administratives. « Le cadre réglementaire n’est pas adéquat » pour leur permettre d’innover.
  • Absence de financement. Elles ne disposent « pas de financement adéquat ».
  • 57% des PME sont convaincues qu’elles n’ont pas à l’interne les talents nécessaires pour innover.
  • 40% des PME qui innovent ne consultent jamais leurs employés en matière d’innovation.

L’innovation n’est pas une panacée pour tout. Cependant, une entreprise qui cesse d’innover risque de plomber sa croissance. Un environnement complexe, changeant, constamment en mouvement et perméable à de nombreuses forces exige des dirigeants d’entreprises qu’ils innovent, voire à tout le moins qu’ils soient ouverts et facilitateurs du changement.
Même si l’étude fait ressortir certaines inquiétudes, de nombreux outils sont mis à leur disposition. Bien que perfectibles, ils sont tout de même disponibles et accessibles. Pourquoi ne pas en bénéficier ?
Pour l’entrepreneur(e) qui veut soit accélérer ou s’engager dans la voie de l’innovation, l’avis ou la guidance de pair(e)s peut être un support inestimable et de premier plan pour faciliter son enracinement dans l’entreprise.

Qu’en est-il pour vous ? En cette période de répit que constitue le temps des Fêtes, c’est sûrement un moment idéal pour faire le point en matière d’innovation ou y réfléchir à tête reposée.
Nous profitons de cette occasion pour vous souhaiter, ainsi qu’à tous vos êtres chers, un Joyeux Temps des Fêtes et une année 2020 comblée de Joies, Bonheurs et Prospérité.

Célébrons nos succès

Les chefs d’entreprise à succès que nous côtoyons ont plusieurs similarités. Ce sont des personnes qui ont compris qu’elles, ne peuvent ni savoir ce qu’elles ne savent pas et ni exceller dans tous les domaines. Elles ont de l’ouverture et de l’écoute et ne craignent pas de briser leurs schèmes pour avancer. Nous célébrons leur courage.

7 bénéfices qui rendent le bilan de fin d’année plus agréable :

  • Confiance renouvelée : Elles ne sont plus seules et ont le soutien de pairs qui connaissent très bien leur industrie et leurs enjeux.
  • Savoir où commencer : Un secours inestimable pour les repreneurs qui prennent en main une entreprise qui a déjà une erre d’aller (expression canadienne voulant dire qui avance déjà sans effort particulier).
  • Un deuxième souffle : Après une grande poussée de croissance et l’intégration de celle-ci, tout a changé.
  • Des coudées franches pour la relève : Des personnes connaissant le secteur d’activité, sensible aux besoins de sécuriser les cédants et capable d’aider la relève à prendre son autonomie.
  • Mieux structuré : Des rencontres trimestrielles forcent le chef d’entreprise à faire le point et à son équipe à faire des présentations de leurs intentions et leurs plans pour la période à venir.
  • Meilleure gestion des risques : Les décisions à prendre sont discutées et validées avec des pairs indépendants, comprenant le secteur d’activité, pour être certains qu’il n’y a pas d’angles morts.
  • Pas de perte du temps : Des conseils clairs les mettent au fait de certaines situations sans issue. 

En savoir plus sur les 7 bénéfices du Comité Consultatif